La formation des élites industrielles en France au XIXe siècle par Jean-Philippe Passaqui, agrégé d'histoire

08 févr.

Concert / animation musicale / festival Animation culturelle / visite guidée

« En 1822, dans le Châtillonnais, le maréchal Marmont se lance dans la construction d’un vaste établissement sidérurgique, une forge dite à l’anglaise. Quelques années plus tard, au bord de la ruine, il revend l’usine à un groupement de maîtres de forges locaux. Il en découle la création d’un grand ensemble dont la forge Marmont, à Sainte-Colombe, devient le site emblématique. Pourtant, au début des années 1860, ces industriels sont à leur tour confrontés à la menace d’une faillite. Malgré une conjoncture favorable, l’entreprise, Châtillon-Commentry, est très endettée. Elle est même menacée de disparition. Simple réunion d’intérêts contradictoires, de sites plutôt concurrents que complémentaires, elle a dû disperser ses investissements. Dans l’urgence, le président du conseil d’administration, Hugues Darcy, recrute l’ingénieur des Mines Charles Lan, qui enseigne à l’école des mines de Saint-Etienne. Celui-ci restructure drastiquement l’entreprise, concentre la production sur quelques sites qui deviennent, en Bourgogne et dans le Bourbonnais, des références imitées par la concurrence. Nous chercherons donc comment, au cours du XIXe siècle, sont apparus les grands capitaines d’industrie, véritables managers avant l’heure ? Dans quel cadre se préparaient-ils à l’exercice de cette profession ? Quelles résistances ont pu se manifester, au sein des dynasties d’entrepreneurs, comme celle des Schneider, pour s’opposer ou tout au moins freiner leur ascension ? »

Horaires : 20h30

Tarif : gratuit pour les adhérents; 1 ou 5 € selon la situation des personnes